• Il faut vraiment se rappeler que nos comportements sont surtout culturel...


    Scarlet m'avait dit que dans la deuxième partie de sa vie, Odilon Redon avait arrêté d'exprimer ses névroses : adieu huile noire et lithographie sombre, Odilon avait changé ! Je lui avait alors demandé pourquoi, et elle m'avait répondu que c'était parce-que il avait fait le tour de tout ça, qu'il se sentait mieux.

    "Il se sentait mieux". Cela veut dire que dès le second acte, il soufflait enfin, il était enfin libre. Libre de cette ombre  dans ses entrailles. Sceptique, j'ai  abruptement dit  à Scarlet, que même dans ses toiles en couleurs, il paraissait encore névrosé. Et sans prendre mon ton agressif pour elle, elle me dit cette phrase que je n'oublierai certainement  jamais :" tu sais, la douleur s'estompe avec le temps, mais elle ne disparait jamais complètement. Il souffrait oui, mais moins. Et c'est ce "moins" qui est important dans sa peinture, parce-que on ressent son soulagement, on ressent sa naissance- sa renaissance, dans son trait".

    Je ne peut m'empêcher de me comparer à Redon ou Schiele, par pour la beauté de leurs traits, mais pour leurs personnalités si sombre et leurs immense besoin d'absolu. J'ai regardé Scarlet une dernière fois, en lui disant que moi aussi, j'en avait besoin,  d'absolu.
    - Je le sais bien. M'a t'elle soufflée en guise d'ultime réponse.

    J'ai quittée la salle.

    Maintenant je dois m'adapter à moi même. J'ai ce sentiment d'être immensément sauvage, immensément taré, immensément torturé. "Immensément" de mauvaises choses ;  gigantesquement fou. 

     

    Il faut vraiment se rappeler que nos comportements sont surtout culturel...

     

    Image de Sol LeWitt


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :